Notre projet

Récemment installé dans le nord de l’Ardèche, sur un domaine de 9 hectares situé à 850 m d’altitude, mon mari et moi avons à cœur de développer sur ce site une exploitation de petits fruits rouges et d’apiculture sédentaire.

Nos productions seront ensuite transformées dans notre laboratoire en sirops, confitures, pain d’épices, caramel…

Et depuis 2018, nous avons démarré des travaux de rénovation d’une châtaigneraie avec le soutien de la Région Auvergne Rhône-Alpes.

Basée principalement sur la culture biologique, dans un fonctionnement agroécologique, notre entreprise aura comme ressources propres la vente de produits transformés sur l’exploitation.

Mais pourquoi l’agroécologie ? Ce système nous a convaincu car, en plus de techniques comme le compostage, la recherche de complémentarité entre les espèces, la culture sur butte, il va chercher à intégrer l’ensemble des paramètres de gestion écologique de l’espace cultivé, comme l’économie et la meilleure utilisation de l’eau, la lutte contre l’érosion, les haies, le reboisement…

Notre philosophie

Soucieux de notre environnement, notre mode de production s’est tout naturellement porté vers l’agriculture biologique et plus particulièrement vers l’agroécologie et la permaculture.

Après plusieurs sessions de formations sur la conduite des petits fruits, mais également sur la permaculture, l’agroécologie, la transformation, nous commençons à prendre la mesure de cette reconversion !

 

Notre plus gros rucher se trouve sur une parcelle située proche de notre habitation ainsi que de nos champs de framboisiers et de fraises. C’est ici que nous souhaitons créer un environnement propice au bien être des abeilles et des autres pollinisateurs, tout au long de l’année.

 

Préservation des variétés locales

A notre arrivée, nous avons choisi de planter des arbres fruitiers pour contribuer à laréservation des variétés locales : fruitiers anciens, rustiques et adaptés au climat

Depuis 2018, nous développons notre projet, en rénovant notre châtaigneraie. Nous greffons chaque année une vingtaine de souches pour pouvoir obtenir d’ici une quinzaine d’années des châtaignes en AOP Châtaignes d’Ardèche.

Avec le soutien financier de la Région Auvergne Rhône-Alpes, de l’Europe via le programme Feader et du département de l’Ardèche